par Fairtrade Lëtzebuerg

Second Life - Objectif Zéro Plastique

Aujourd’hui dans le monde, plus de 250 millions de sacs en plastique sont estimés au niveau global. Malgré les avertissements du dernier rapport de l’OCDE, qui déplore cette croissance exponentielle des déchets plastique, un avenir dans lequel le plastique garantit des retombées économiques positives sur la population, sans pour autant nuire à l’environnement, ne relève pas de la fiction, mais constitue bel et bien une réalité. En témoigne le projet pilote d’économie circulaire unique et exemplaire mis en place par deux coopératives Fairtrade dans la région de Piura, dans le nord du Pérou.

L’ONG Fairtrade Lëtzebuerg, qui fête ses 30 ans cette année, a présenté ce projet novateur en détail dans le cadre d’une exposition ludique ce matin lors d’une conférence de presse tenue ensemble avec Cactus Luxembourg au sein du Shopping Center Belle Etoile.

Lire la suite

Afin de produire des bananes de qualité, l’utilisation de sacs en plastique à usage unique est une pratique courante dans le secteur bananier. Dans de nombreux pays producteurs de bananes comme le Pérou, il est courant que ces sacs en plastique soient enterrés, brûlés ou tout simplement jetés dans une décharge ou un site d’enfouissement après leur utilisation, ou qu’ils restent sur la plantation, le long de la route ou finissent dans des cours d’eau.

Ces sacs bleus, qui sont utilisés pour recouvrir les régimes de bananes, sont utilisés dès la formation des régimes et restent dessus environ 3 mois, soit jusqu’à la récolte. Ils aident à prévenir les infestations d’insectes et d’araignées, les oiseaux, ainsi que les dommages causés par l’environnement, à savoir la poussière, le vent ou encore les rayons UV, et protègent les fruits des températures extrêmes, tout en contribuant également à améliorer l’esthétique extérieure du fruit. Toutefois, ces aspects bénéfiques masquent différents problèmes sous-jacents, tels que le manque d’alternatives aux sacs en plastique, le manque de savoir-faire ainsi que le financement, qui empêchent souvent les petits producteurs de recycler les sacs utilisés.

Il est estimé qu’à ce jour, environ 500 000 ha dans le monde sont consacrés à la culture de la banane d’exportation. On estime également que 40 kg de sacs à régimes sont utilisés par hectare et par an. Par ailleurs, près de 20 millions de sacs en plastique à usage unique sont utilisés chaque année dans le secteur bananier, soit 400 tonnes de plastique.

A titre informatif, chaque sac pèse entre 20 et 25 grammes, soit un total de 20 000 tonnes de sacs, ce qui représente 800 millions à 1 milliard de sacs utilisé par an ! Si tous ces sacs étaient alignés, en supposant une longueur de 1,50 m par sac, cela serait l’équivalent de 30 à 40 fois le tour du monde chaque année.

Alors que des mesures significatives ont pu être prises au Costa Rica dès les années 1990 pour pallier à ce problème sectoriel, l’étape cruciale de la collecte et du recyclage des déchets plastique au Pérou a longtemps été problématique.

Afin de relever ce défi à la fois environnemental, social et économique de taille, la société ECOBAN S.R.L. - composée de différentes coopératives et associations locales, y compris deux coopératives Fairtrade de bananes péruviennes - a été créée en 2021 pour assurer la gestion et le bon fonctionnement du projet sur place.

Cactus Luxembourg via l’ONG Fairtrade Lëtzebuerg a dès le début souhaité soutenir ce projet pilote, ce qui a rapidement permis aux acteurs locaux de démarrer la construction d’un centre de recyclage dédié à la transformation des sacs en plastique en cornières d’angles, utilisées pour maintenir les boîtes de bananes sur les palettes, sur le site de la coopérative APPBOSA à Samán Grande en juin 2021.

Finalisée en octobre 2021, cette usine flambant neuve d’une superficie de 1225 m² contient un hall principal dédié à la production, un entrepôt pour les cornières d’angle ainsi qu’un petit bureau pour les collaborateurs.

Suite à l’installation des deux premières lignes de production, du granulateur et de la machine à extruder, une phase test a été lancée de novembre 2021 à janvier 2022 pour assurer le bon fonctionnement des machines. La mise en production est officielle depuis février 2022.

A ce jour, plus de 118.000 cornières d’angles ont été produites sur 2 lignes de production (d’une capacité de production de 600 à 700 cornières par jour), soit près de 3 millions de sacs recyclés. Environ 20-25 sacs (1 sac pesant environ 20 g) sont nécessaires pour réaliser une seule cornière d’angle de 2 m de haut.

Grâce à ce projet résolument équitable, une dizaine de travailleurs de la région ont d’ores et déjà trouvé un emploi stable et rémunérateur dans le centre de recyclage, et en raison du succès du projet, 2 nouvelles lignes, pour un total de 4 lignes de production réparties en 2 postes de travail, sont prévues dans les mois à venir avec d’autres créations d’emploi à l’horizon. Ce point est non-négligeable dans cette région, où les perspectives de carrière sont assez restreintes.

In fine, ce projet visionnaire dispose non seulement du potentiel de recycler l’ensemble des sacs en plastique utilisés sur les régimes de banane, ce qui permettrait en outre, de fournir l’ensemble du secteur bananier péruvien en cornières d’angles, mais pourrait bel et bien exercer un rôle de pionnier et d’influenceur pour d’autres associations et entreprises péruviennes dans d’autres industries telles que le secteur de l’avocat, le citron ou encore la mangue, afin que les déchets plastique ne constituent plus qu’un lointain souvenir dans ce pays d’Amérique du Sud.

Fruit de la réflexion de deux coopératives Fairtrade de bananes, ce centre de recyclage a pu être financé grâce au recours à la prime Fairtrade, qui est versée aux organisations de producteurs en plus du prix minimum garanti. La décision d’utiliser la prime pour mettre en place ce projet qui profite à l’ensemble de la communauté a été prise démocratiquement avec l’ensemble des producteurs concernés. En témoigne Miguel Morales Zapata, Responsable Production de l'Association des producteurs de bananes bio Valle del Chira, qui salue cette coopération exemplaire :

« En tant que partenaires, nous avons contribué tous ensemble à faire de ce rêve une réalité. Cela est très gratifiant et nous sommes très fiers de faire partie de ce projet modèle, qui nous aide à préserver la durabilité environnementale d'une chaîne entière. Cette initiative est réellement née de la volonté de l’ensemble des organisations à contribuer à préserver l'environnement de notre pays. »

L’exposition « Second Life – Objectif Zéro Plastique » qui a lieu du 8 au 24 septembre, vise à sensibiliser le public aux défis posés par le nombre exponentiel de déchets plastique, tout en montrant, qu’il est possible d’implémenter des solutions durables et efficaces pour pallier à ce problème. En effet, lorsqu’une poignée d’acteurs répartis sur différents continents décident de travailler ensemble pour contribuer à rendre le monde meilleur, tout devient possible. Tel est le message d’espoir véhiculé tout au long de ce projet.

L’exposition sera également dédiée au 30e anniversaire de l’ONG Fairtrade Lëtzebuerg, qui a souhaité donner une voix aux producteurs et travailleurs d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine et Caraïbes, tout en présentant le liens historiques entretenus avec Cactus Luxembourg, première enseigne à avoir introduit des produits issus du commerce équitable au Grand-Duché, y compris la banane bio Fairtrade en 1999. La contribution de Cactus au projet de recyclage au Pérou témoigne de la volonté du groupe de collaborer une nouvelle fois avec l’ONG luxembourgeoise afin de contribuer à durablement ancrer le commerce équitable au Luxembourg.

 

Télécharger : Communiqué de PRESSE

Retour